Rechercher
  • Alexander

Résultats du questionnaire de l'été 2019


Pour mesurer l’intérêt potentiel des uns et des autres vis-à-vis du projet COMPOUST®, et donc son éventuel succès commercial, j’ai diffusé l’été dernier, sur les réseaux sociaux, un questionnaire d’une vingtaine de questions. En voici les principaux résultats obtenus grâce à un total de 318 réponses, ainsi que les enseignements tirés et les décisions stratégiques qui en découlent. En fin de questionnaire, 145 répondants ont laissé leur adresse e-mail pour l'inscrire à la newsletter de Compoust.fr, soit un peu moins de la moitié.

IMPORTANT : n'ayant à l'époque pas encore l'autorisation de divulguer mon invention (procédure INPI oblige), ce questionnaire ne pouvait pas décrire précisément la structure et le fonctionnement du dispositif. Il a donc porté sur des considérations générales concernant les sujets environnementaux concernés et décrit succinctement quelques fonctionnalités de l'invention, sans possibilité de la considérer précisément, de façon à proposer un minimum de matière aux répondants pour déterminer leurs intérêt et soutien éventuels.


> Données socio-démographiques : genre

Avec près de 2/3 de répondants de sexe féminin, cette petite étude confirme une impression que j'ai toujours eue à titre personnel: les femmes se sentent bien plus concernées par la cause écologique que les hommes.

Cela étant dit, je n'aurais jamais cru que c'était à ce point : voir article Usbek et Rica

Décision : pour la communication dans la presse "genrée", privilégier la presse féminine.


> Données socio-démographiques : âge

La moyenne d'âge des répondants est de 39,8 ans en général, sans écart significatif selon le genre : 40,1 ans pour les hommes et 39,6 ans pour les femmes.

Décision : focaliser le marketing sur la population "active", y compris les parents au foyer, sans pour autant négliger les retraités pour qui le jardinage est un loisir beaucoup pratiqué.


> Données socio-démographiques : type d'habitat

Avec près de 64 % de répondants habitant en ville, pour une part générale en France d'environ 75 %, le sujet intéresse un peu moins la cité que la campagne . 42 % des répondants vivent en appartement, contre 32 % en général, ce qui sous-entend un intérêt particulier de leur part pour les problématiques "déchets" et "biodiversité".

Décision : confirmer COMPOUST® comme une solution particulièrement adaptée aux citadins.


> Données socio-démographiques : pays de résidence

91 % des répondants résident en France métropolitaine, un taux très élevé qui s'explique par le partage du questionnaire auprès d'une audience très majoritairement française.

Décision : confirmer COMPOUST® comme une solution #ZéroDéchet #Biodiversité adaptée aux citadins.


> Données socio-démographiques : composition du foyer (1. personnes autres ; 2. enfants de moins de 15 ans)

1. Plus de la moitié des foyers des répondants sont constitués de 2 ou 3 personnes, avec, en outre, 19 % de personnes vivant seuls. Seulement un tiers dépasse les 4 personnes. Les couples sans enfant semblent majoritaires, représentant 30 % des foyers des répondants.



2. Les deux tiers des répondants n'ont pas d'enfants de moins de 15 ans dans leur foyer. Pour un quart d'entre eux, l'on compte 1 ou 2 enfants.






Décision : dans le cadre des préventes, privilégier les petits modèles, adaptés aux petits volumes de déchets, mais ne pas négliger les familles plus nombreuses, notamment en communiquant fortement sur l'aspect modulaire de COMPOUST®.


> Données socio-démographiques : par rapport à moi

85 % des répondants ne me connaissent pas personnellement, signe que le questionnaire a été assez largement partagé.

Décision : considérer les réponses comme sincères et représentatives de la réalité. Avec une majorité de réponses émanant de proches, il y aurait pu y avoir un biais subjectif dans les réponses, orientées "pour faire plaisir".

> Opinion vis-à-vis des problématiques #Climat, #Déchets, #Biodiversité

58 % des répondants pensent que le changement climatique et la diminution de la biodiversité sont des problèmes qui ne peuvent se résoudre qu’avec une réaction généralisée se traduisant par des actions concrètes et des changements profonds, combinant à la fois les comportements individuels et la volonté des grandes entreprises et des collectivités. 20 % considèrent également l'importance de toute action concrète individuelle menée en ce sens, notamment à des fins d'exemplarité et de partage des bonnes pratiques.

Décision : fédérer et animer une communauté active, notamment en ligne, notamment pour jouer un rôle de pression auprès des entreprises et collectivités. On relève ici une forte implication, presque militante, pour les causes environnementales.


> Acceptabilité des changements comportementaux dans le quotidien

98 % des répondants sont d'accord pour effectuer des actions nouvelles dans leur quotidien pour contribuer à la résolution des problématiques précitées. Plus de la moitié d'entre eux maintient cet accord même si les changements sont profonds par rapport à leur comportement actuel.

Décision : dans la communication, insister sur le fait que COMPOUST® n'induit pratiquement aucun changement dans le quotidien de ses utilisateurs, facilitant ainsi pour eux la possibilité de se consacrer à d'autres changements plus lourds.


> Fonctionnalités préférées de COMPOUST®

Parmi les six principaux effets proposés, les trois suivants ont été les plus fréquemment cités (trois choix par répondant) :

  1. la réduction des déchets (citée dans 79 % des réponses) ;

  2. la génération de la pousse de plantes (71 %) ;

  3. l'alimentation et la protection de la vie animale (46 %).

Les trois autres effets proposés étaient : la sensibilisation à la protection de la biodiversité, le développement de la pratique du jardinage et l'encouragement à la consommation de fruits et légumes.

Décision : les trois premiers effets cités confirment la pertinence du "slogan" de COMPOUST® : "Le composteur-jardinière qui transforme les déchets en biodiversité"


> Disponibilité d'un espace extérieur suffisant

83 % des répondants indiquent disposer d'un espace extérieur d'au moins 40 cm pour pouvoir

Décision : considérer les répondants comme de vrais futurs clients potentiels auxquels adresser des offres concrètes en temps voulu, c'est-à-dire lors de l'ouverture des préventes.


> Positionnement vis-à-vis des quelques actions relevant du jardinage susceptibles d'être nécessaires avec l'utilisation de COMPOUST® : semer, planter, rempoter, tailler, effeuiller...

Pour 90 % des répondants, aucune difficulté vis-à-vis de ces opérations relevant du jardinage n'est exprimée. 44 % pratiquent déjà le jardinage et 21 % comptent s'y mettre. Même si le jardinage n'est pas la fonction première de COMPOUST®, il semble important de l'y associer.

Décision : communiquer auprès d'un public intéressé par le jardinage et nouer des partenariats opérationnels avec des entreprises et enseignes de distribution de ce domaine.


> Acceptabilité des tarifs prévus pour la gamme plastique

Pour le modèle PL40 (petit), le prix de 89 euros TTC est jugé majoritairement acceptable, par 61 % des répondants. En revanche, pour le modèle PL80 à 179 euros TTC, l'opinion majoritaire est neutre (40 %), devant l'acceptable à 38 %. En réalité, le prix du modèle PL80 devra être plus élevé, vraisemblablement porté à 199 euros TTC.

Décision : dès les préventes, mettre en avant le modèle PL40, plus susceptible d'être commandé, et insister sur la grande capacité de compostage pour le modèle PL80 (128 litres) pour mieux convaincre.


> Positionnement sur la fabrication des outillages en Asie (Chine)

52 % des répondants jugent inacceptable, même si cela induit des prix de vente plus élevés, de fabriquer les moules (grosses pièces d'acier nécessaires à la production de pièces en plastique). La fabrication des moules d'injection plastique en Asie (notamment en Chine) est en effet moins chère, de l'ordre de 30 %, par rapport à une fabrication en France ou dans les pays proches.

Décision : la fabrication des moules se fera en France, à partir d'acier français ou européen proche, dans un processus de production le plus possible situé en France, pour des raisons sociales et environnementales. Il en sera de même pour la production des pièces plastiques, bois et visseries. La "fabrication française" de COMPOUST® sera mise en avant.


> La faisabilité des objectifs de prévente

Compte tenu du coût élevé d'une production plastique, les objectifs de prévente permettant de couvrir une première série seront élevés, de l'ordre de 1500 PL40 et 1500 PL80. 69 % des répondants jugent ces objectifs difficiles mais réalisables, tandis que 15 % les présument très faciles compte tenu de l'urgence des enjeux auxquels le produit répond.

Décision : la difficulté de l'accessibilité des objectifs, lesquels ont de surcroît été revus à la hausse entre-temps du fait de la décision de fabriquer les moules en France (vraisemblablement 1700 exemplaires de chacun des deux modèles), demande la plus grande attention dans la préparation des préventes qui dureront trois mois. Deux objectifs préalables sont ainsi poursuivis : 5 000 engagements sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, newsletter) et une collecte de 10 000 euros pour finaliser la conception, me libérer du temps en tant que porteur du projet et financer la communication.

> Le soutien financier potentiel

43 % des répondants ont indiqué leur accord pour soutenir financièrement le projet. Pour rappel, nul ne savait exactement de quoi il s’agissait alors. 7 % ont annoncé qu’ils y contribueraient "assurément", 36 % "vraisemblablement". Avec 19 % de "non" et 36 % d’incertains, signe d’un besoin légitime de précisions, ces résultats étaient plutôt encourageants.

Décision : poursuivre le projet, ces résultats annonçant une possible réussite de la campagne de préventes


> La forme de la contrepartie envisagée

Parmi les « oui », la contribution majoritaire est la précommande du petit modèle (33 %). Les contributions d’un petit montant (10 ou 20 euros) représentent un total de 37 % à elles deux. 23 % des soutiens potentiels envisageaient une contribution d’un montant libre sans contrepartie, signe d'un fort soutien.

Décision : confirmer l'intérêt du modèle PL40 dans les préventes et espérer raisonnablement le succès de la première cagnotte (en cours) pour recueillir les premiers dons sans contrepartie des 10 % des répondants se disant volontaires


> Le potentiel caractère viral du projet

81 % des répondants ont exprimé leur accord pour partager autour d'eux les informations relatives au présent projet. La moitié d'entre eux a même opté pour l'option "assurément". Les "non" sont très minoritaires et les incertains plutôt peu nombreux (moins de 15 %).


Décision : confirmer l'importance de la création et de l'animation d'une forte communauté en ligne d'utilisateurs potentiels et de soutiens au projet. En cas de réussite du projet, ce principe sera maintenu auprès de sa clientèle effective.


> Dans les réponses libres, vous avez principalement exprimé beaucoup d’encouragements et de curiosité, ce dont je vous remercie très chaleureusement, car c’est en partie ce qui me pousse à poursuivre. Quelques alertes également ont été émises, en particulier sur la gamme plastique, jugée incohérente avec un tel projet écologique. A ce titre, je souhaite insister sur plusieurs points.

  • La commercialisation d’une gamme plastique, peu coûteuse et facile à produire, est la meilleure option pour espérer une utilisation massive du produit, nécessaire pour que soient obtenus des effets concrets sur la Nature. Or, si le produit est trop cher, le nombre de personnes qui l’utiliseront sera insuffisant pour cela.

  • Il existe déjà, dans le commerce, de nombreux modèles de jardinières et de composteurs en matière plastique.

  • Cet objet a une durée de vie relativement importante : il ne s’agit aucunement d’un produit jetable.

  • Le maximum est fait pour utiliser des matériaux vertueux dans un processus vertueux, en l’espèce du polypropylène régénéré et recyclable (collecté et transformé en France et/ou Italie.

  • Quand la filière plasturgique aura trouvé un matériau biosourcé, à un tarif raisonnable et adapté aux usages de COMPOUST®, alors ce matériau sera sollicité.

  • Les puristes dont le pouvoir d'achat le permet pourront opter pour la gamme bois, plus chère compte tenu de son procédé de production plus loin et moins automatisé.

> Conclusion

Bien que le nombre de répondants soit relativement limité et que, faute de moyens, la méthode d’échantillonnage par quotas n’ait pas pu être appliquée, il n’est pas aberrant pour moi de considérer ces résultats comme relativement pertinents dans la mesure où :

  • les réponses ont été spontanées, sans contre-valeur en échange comme c’est souvent le cas pour les sondages en ligne ;

  • elles émanent principalement de personnes qui me sont étrangères ;

  • le questionnaire était relativement long, à cause de ma passion pour l'écriture...

Globalement, ces résultats sont plutôt prometteurs, tant sur la pertinence du projet que sur les capacités de réussite de celui-ci dans le cadre de prévente. Ils mettent également en exergue quelques difficultés à prendre en compte stratégiquement, comme l’importance de communiquer sur l’intérêt d’une gamme plastique pour un projet pourtant écologique.


Je pense que le projet peut devenir une réalité. Pour l'heure, en vue de la préparation des préventes, il est important d'accumuler les engagements sur les réseaux sociaux (suivi Twitter, abonnement Facebook et inscription newsletter), tout en recueillant de l'argent pour la poursuite des développements : https://www.okpal.com/soutenez-compoust-le-composteur-jardiniere. Je vous remercie d'avance pour vos actions éventuelles en ce sens.

57 vues